Les chemins de l'amitié

Forum pour tous ! Amitié, humour, papotages, activités et loisirs, Club de lecture, Sujets de société, Animaux, Photofiltre, Famille, Jardinage

Derniers sujets
» Soupe a ma façon.
Aujourd'hui à 13:28 par solang

» Ma soupe à moi lol
Aujourd'hui à 13:25 par solang

» le coincoin de doucine lol
Aujourd'hui à 12:33 par doucine

» La question
Aujourd'hui à 11:53 par Nade

» Trouver le mot
Aujourd'hui à 9:03 par Moregan

» Les parcs en webcam live
Aujourd'hui à 9:02 par Moregan

» devinez ce que c'est !!!!!
Aujourd'hui à 9:00 par Moregan

» Voici mes fifilles lol
Aujourd'hui à 8:53 par doucine

» Nos petits bonheurs quotidiens
Aujourd'hui à 6:31 par Colette1

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs du mois
Nade
 
Moregan
 
poppy
 
Colette1
 
patou
 
solang
 
doucine
 
cyberlulu
 

Nbre Pages visitées

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

ça s'est passé un 8 juillet ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 ça s'est passé un 8 juillet ... le Sam 8 Juil - 6:54

Invité


Invité
Naissance 

Jean de La Fontaine - 8 juillet 1621 à Château-Thierry - 13 avril 1695 à Paris



Notre fabuliste national, Jean de La Fontaine, est né à Château-Thierry, en Brie champenoise, sous le règne de Louis XIII.

Étudiant indolent, il fréquente à Paris un cercle de jeunes poètes, les Chevaliers de la Table Ronde. À 26 ans, il épouse une parente de Racine âgée de moins de 15 ans. Elle lui donnera un fils dont il ne s'occupera guère. 

Il succède à son père comme maître des Eaux et Forêts. Sans cesse tracassé par les ennuis financiers, il obtient la protection de Madame de Sévigné puis entre au service du surintendant Fouquet à près de 40 ans. 

Après la disgrâce de son protecteur (1661), il devient «gentilhomme servant» de la duchesse d'Orléans et se signale par des Contes et Nouvelles à caractère licencieux et franchement érotique qui lui vaudront une interdiction pour immoralité ! 

Mais le succès lui vient à l'approche de la soixantaine avec les Fables dont les premières ont été publiées en 1668 ! Par l'élégance et la clarté du style comme par la fantaisie des expressions, les Fables constituent un chef-d'oeuvre de notre langue. 

Deux pigeons s'aimaient d'amour tendre.
L'un d'eux, s'ennuyant au logis,
Fut assez fou pour entreprendre
Un voyage en lointain pays.
L'autre lui dit : «Qu'allez-vous faire? 
...etc..etc..



Dernière édition par Mimi le Sam 8 Juil - 7:03, édité 1 fois

Invité


Invité
Décès

Robert Surcouf - 12 décembre 1773 à Saint-Malo - 8 juillet 1827 à Saint-Servan






Robert Surcouf (1773-1827) , corsaire malouinIssu d'une famille de marins, Robert Surcouf navigue dès l'âge de 13 ans. Officier avant 20 ans pour belle conduite au feu puis lors d’un naufrage, il se lance dans la traite négrière sur les rivages de Madagascar.


En 1795, vers la fin de la Révolution, il se voit confier par des armateurs un brick armé et s'engage alors dans la « guerre de course » contre les Anglais dans l'océan Indien, selon les principes mis en place par Vauban un siècle plus tôt. Le corsaire s'honore de maints exploits comme de s'emparer de six navires d'un coup dans le golfe du Bengale.


Un Anglais l'ayant un jour capturé, il engage le dialogue suivant :
«- Au fond, ce qui nous distingue, nous autres Britanniques, de vous autres Français, c'est que nous nous battons pour l'honneur et vous pour l'argent,
- Hé oui, chacun se bat pour ce qui lui manque».


Fait chevalier de la Légion d'Honneur par Napoléon 1er en 1804, Surcouf décline un commandement dans la marine régulière et préfère poursuivre ses activités de corsaire et d'armateur. À la chute de l'Empire, il se retire dans sa ville natale nanti d'une coquette fortune, preuve que l'on peut se battre pour ce que l'on possède déjà !

Moregan

avatar
co-admin
co-admin
Je ne savais pas que La fontaine n'avait écrit ses fables que très tard !

Nade

avatar
Admin
Admin
La Fontaine qui s'est ré-approprié les fables d'Esope !!

Exemple :

Document 1



ESOPE :




Du Loup et de la Grue
Un Loup s’étant enfoncé par hasard un os dans la gorge, promit une récompense à la Grue, si elle voulait avec son bec retirer cet os, dont il se sentait incommodé. Après qu’elle lui eut rendu ce bon office, elle lui demanda le salaire dont ils étaient convenus. Mais le Loup avec un rire moqueur et grinçant les dents : » Contentez-vous, lui dit-il, d’avoir retiré votre tête saine et sauve de la gueule du Loup, et de n’avoir pas éprouvé à vos dépens combien ses dents sont aiguës. »


 LA FONTAINE :
Le Loup et la Cigogne
Les Loups mangent gloutonnement.
Un Loup donc étant de frairie
Se pressa, dit-on, tellement
Qu’il en pensa perdre la vie :
Un os lui demeura bien avant au gosier.
De bonheur pour ce Loup, qui ne pouvait crier,
Près de là passe une Cigogne.
Il lui fait signe ; elle accourt.
Voilà l’Opératrice aussitôt en besogne.
Elle retira l’os ; puis, pour un si bon tour,
Elle demanda son salaire.
« Votre salaire ? dit le Loup :
Vous riez, ma bonne commère !
Quoi ? ce n’est pas encor beaucoup
D’avoir de mon gosier retiré votre cou ?
Allez, vous êtes une ingrate :
Ne tombez jamais sous ma patte.  »

Moregan

avatar
co-admin
co-admin
du plagiat pur et dur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum