Les chemins de l'amitié

Forum pour tous ! Amitié, humour, papotages, activités et loisirs, Club de lecture, Sujets de société, Animaux, Photofiltre, Famille, Jardinage

Derniers sujets
» Voici mes fifilles lol
Aujourd'hui à 21:43 par doucine

» Soupe a ma façon.
Aujourd'hui à 21:39 par doucine

» Luc Arbogast
Aujourd'hui à 21:34 par doucine

» le coincoin de doucine lol
Aujourd'hui à 21:01 par doucine

» Ms coups de coeur musicaux
Aujourd'hui à 20:32 par cyberlulu

» Trouver le mot
Aujourd'hui à 19:04 par Moregan

» La question
Aujourd'hui à 15:59 par doucine

» Voici le lien pour voter :
Aujourd'hui à 15:20 par doucine

» Les parcs en webcam live
Aujourd'hui à 14:20 par Moregan

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs du mois
Nade
 
Moregan
 
poppy
 
Colette1
 
patou
 
solang
 
cyberlulu
 
doucine
 

Nbre Pages visitées

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un jour pas comme les autres !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Un jour pas comme les autres ! le Sam 22 Avr - 23:11

Nade

avatar
Admin
Admin
Un jour pas comme les autres !

Quand Lucille ouvrit les yeux, en voyant le soleil filtrer à travers les volets en bois, rien ne la préparait à l'angoissante journée qui l'attendait !
Les oiseaux de ce matin de juillet chantaient, dans la rue, les vacanciers parlaient ou riaient, quelques moteurs pétaradaient.
Une journée d'été comme les autres se profilait ... Et pourtant ...

Quand, prête pour son jogging quotidien, elle sortit de son immeuble, elle vit, au coin de sa rue, un attroupement. Des femmes et des hommes entouraient un homme couché à même le trottoir.  Vraisemblablement il était trop tard pour lui venir en aide.
 La sirène hurlante de la police retentissait au loin.

Elle s'en approcha le cœur serré, elle avait un étrange pressentiment. Des tas de questions l'assaillaient. Qui était-il? D'où venait-il? Le connaissait-elle? Que lui était-il arrivé? Que pouvait-elle faire?

Oh stupeur ! Lucille reconnut son voisin. Un homme charmant toujours entouré de belles femmes...

Des images lui brouillèrent la tête,mais elle reprit ses esprits et elle décida de modifier son parcours habituel et commença son jogging dans le sens opposé.Elle contourna les immeubles par la droite,afin d'accéder au grand parc.
Elle parcourut de nombreux chemins,puis s'arrêta à la fontaine pour se désaltérer et repartit en direction de la sortie du parc,lorsqu'elle fut bousculée par un individu surgi de derrière un buisson ...



Elle vacilla et se retint de justesse à un arbre ! L'individu ne s'arrêta même pas pour s'excuser. Pourtant, il semblait correct : veste et pantalon de bonne qualité, chemise et cravate. Mais, ne dit-on pas que l'habit ne fait pas le moine ?? !!

Ceci fit réfléchir Lucille qui eut honte de ne pas être restée près de chez elle pour aider la police. Elle revint sur ses pas en réfléchissant ... il lui semblait l'avoir déjà entrevu ...




De retour chez elle,elle prit une douche,passa un peignoir et s'assit sur le bord du lit.
Des images lui revenaient en mémoire, mais oui cet homme est bien celui qu'elle avait aperçu lors d'une invitation à un bal masqué !
Il servait les clients au bar ...

Quel rapport avec l'homme mort dans la rue? Pouvait-il être impliqué? Les deux hommes se connaissaient-ils? Avait-elle aperçu cet individu ailleurs qu'au bal masqué? Dans l'immeuble peut-être? Quand? Avait-elle entendu une conversation? 
Elle repassait tous ses souvenirs dans sa tête lorsque la sonnette retentit. 
- Police!!!! 
Un frisson lui parcourut le dos, elle referma son peignoir et alla ouvrir sa porte.




Deux  policiers se tenaient devant elle , ils lui montrèrent leur carte et lui demandèrent s'ils pouvaient rentrer . Le plus jeune lui demanda si elle connaissait l'homme qui avait été abattu , elle leur répondit que c'était un voisin de son immeuble et qu'elle le croisait souvent dans l'ascenseur toujours avec une nouvelle compagne .....


- "Ah quel genre de femme ?
- De belles jeunes femmes comme celles qui défilent pour les grands couturiers, des mannequins peut-être !

- Merci mademoiselle,voici ma carte si d'autres détails vous revenaient,contactez nous."

-Oh j'oubliais de vous dire qu'en faisant mon jogging ce matin là ....


- Je veux dire ce matin!!!!! Oui, en faisant mon jogging j'ai été bousculée par un individu que j'avais déjà rencontré lors d'une soirée où mon voisin M. Maurice était aussi présent. L'attitude de cet homme m'a semblée curieuse, il courait comme s'il voulait s'échapper. Mais sans doute n'y a-t-il aucun rapport.
Je prends votre carte Monsieur et je vous appelle si quelque chose me revient en mémoire.




Après le départ des policiers, Lucille se sentait mal à l'aise ... Et si l'homme qui l'avait bousculée n'avait rien à voir avec le crime ? Elle causerait des problèmes à un innocent ! 
D'autant qu'elle se souvenait bien que, le premier jour où elle l'avait vu, il ne lui déplaisait pas ... et elle avait eu l'impression que ce sentiment avait été réciproque ...


L'appartement de monsieur Maurice est passé au peigne fin,recherche d'empreintes et d'éléments afin de trouver une piste.
Pour l'instant le commissaire a découvert deux liasses de billets,des dollars et quelques euros dans un des tiroirs du bureau,dans un autres une pile de photos de femmes dénudées et un gros agenda.
"
- On a tout inspecté, fermez, les gars et mettez les scellés sur la porte; on se retrouve au QG !

Le calme et le silence revenus, Lucille éprouva le besoin de récupérer. Elle retrouva, dans son bar, un reste de whisky et s'en servit un fond de verre qu'elle avala cul sec ! Pour être secouée, elle fut secouée ! Mais, cela lui avait éclairci les idées ...
Tout en se préparant pour aller travailler, elle réfléchissait.
Tout à coup, elle entendit ...u
n bruit étrange au-dehors. Elle se dirigea vers sa fenêtre et prit peur en voyant un objet volant ? mais oui c'était bien un drone !

Que faisait-il là ? Dans quel but ? est-ce qu'il espionnait ou cherchait quelqu'un ?

Elle ferma les stores et rideaux de l'appartement et, voyant l'heure, partit au plus vite !

A peine arrivée à son bureau, elle appela le commissaire ....




-" Il est parti sur le terrain" lui répondit le planton. 
- Demandez-lui de me rappeler à son retour, s'il vous plaît, c'est important ! "

Elle se pencha sur les dossiers en cours mais ne parvenait pas à se concentrer. Que faisait ce drône devant chez elle ? 
Son regard porta sur la fenêtre de son bureau et, que vit-elle ... le drône qui stationnait devant elle !!!


Vraiment, elle commençait à s'inquiéter et elle décida d'aller faire une balade pour se changer les idées et voir si le drone allait la suivre. Ni une ni deux , elle enfila son manteau, prit ses clés de voiture et partit . Dans la rue, avant de sortir, elle regarda à droite et à gauche, un peu inquiète quand même ................

Le commissaire, à peine arrivé, lança un " Tout le monde dans mon bureau dans dix minutes " !

-Chef mademoiselle Lucille aimerait que vous la rappeliez c'est important !
-Je verrai ça plus tard.

Bonjour les gars voilà une liste de noms et d'adresses,débrouillez vous et ramenez- moi le plus de renseignements possible d'ici 24 heures.Vous pouvez disposer !"
Le commissaire progressait,il avait passé la journée d'hier dans le loft- agence de Cover Girls au nom de monsieur Maurice.

Il se servit un café et composa le numéro de Lucille...



Celle-ci était en train d'ouvrir sa porte quand le téléphone sonna. Elle se précipita, jeta ses clés sur la commode, perdit une chaussure et continua à cloche-pied jusqu'au téléphone !
-"Allô !"

C'était le commissaire et elle lui raconta ce qu'elle avait vu.

" -Et avez-vous revu ce drône, mademoiselle ?
- Non, monsieur le commissaire"
Au même moment, un vrombissement à l'extérieur lui fit lever la tête et elle vit le drône qui stationnait devant sa fenêtre !



- "Al... Allo " commissaire heu ... oui le drône est là juste devant ma fenêtre !
Faites quelque chose.Pourquoi me poursuit-il ? 

- Restez calme mademoiselle et faites comme si de rien n'était.

Un de mes hommes est en faction dans le secteur et je suis en liaison permanente avec lui.Il observe et prend des photos.Nous en saurons plus demain.

En attendant restez chez vous jusqu'à mon arrivée...



L'attente parut interminable à Lucille. Elle ne cessait de faire les cent pas dans son appartement, n'osant plus regarder au dehors. Pourquoi se sentait-elle visée? Peut-être ce drone observait-il quelqu'un d'autre? 
Le commissaire arriva quelque instants plus tard. Il voulait surtout faire un point sur les dames qui pouvaient avoir eu des relations avec M. Maurice. Ils passèrent en revue un tas de photos. Elle put identifier une grande blonde aux yeux noirs qu'elle avait rencontrée plusieurs fois, les autres lui étaient inconnues.



Et bien voilà un indice sérieux grâce à vous mademoiselle Lucille.
Mes hommes m'en rapporteront d'autres en fin de journée...

Au revoir et merci !

Il repartit aussitôt sans même jeter un œil vers la fenêtre.

Lucille soupira,ferma les rideaux et s'allongea sur le canapé,se remémorant cette jeune femme blonde  qui laissait sur son passage des effluves de son parfum ennivrant et ses éclats de rire ...




Et si le drone et l'assassinat de Monsieur Maurice n'avaient aucun rapport ?

Poursuivie par cette idée, elle osa ouvrir ses rideaux. Le drone était toujours là ! Mais, quelque chose se balançait sous son moteur : une enveloppe sur laquelle était écrit en gros caractères : "POUR LUCILLE". Menace ?
 Non ! Un coeur était dessiné sous l'inscription !
 Elle ouvrit sa fenêtre, tendit la main et attrapa l'enveloppe ...




Le commissaire attendait ses hommes avec impatience ... 
Il avait faim et s'arrêta au premier "bistro" .Il commanda une bière pression et une tête de veau vinaigrette ...
Prit un café et paya l'addition. "Aurevoir et merci monsieur !"
Dehors l'orage menaçait,mais il arrivait déjà au poste.
Sur son bureau un rapport de l'agent du secteur .

-le drône pris en photo a livré quelques indices; la marque,le numéro de l'appareil, il provient de "Drône Académy" !
Ce soir vous saurez le nom du propriétaire...

Le téléphone retentit : 

- "commissaire c'est pour vous mademoiselle Lucille à l'appareil "...



-" Bonjour, mademoiselle, y a-t-il quelque chose de nouveau ?

- Oh ! Oui, monsieur le commissaire ! Voilà, le drone ... euh ... le drone est guidé par un admirateur anonyme !

- Un admirateur de quoi ?

- Dites plutôt "de qui" monsieur car il portait un message qui m'était destiné !

- Des menaces ? 

- Non ... une déclaration ! Voulez-vous que je vous la lise ? 

- Non !! J'arrive !!!"

Le commissaire, étourdi par ce revirement de situation, se précipita dans sa voiture !


Arrivé devant la porte de Lucille il mit précautionneusement ses gants et lorsque celle-ci lui présenta l'enveloppe il lui lança un regard noir.
- Bien entendu vous avez mis vos empreintes sur ces papiers, Mademoiselle!!
Puis il se radoucit. Les mots qu'il lisait le firent sourire. 
- C'est un grand admirateur, un poète!! Pensez-vous le connaître? 
- Tout bien réfléchi, je soupçonne un collègue de travail qui me fait la cour depuis un moment mais que je ne regarde même pas. Il se sera imaginé que M. Maurice m'intéressait plus que lui... De là à lui trouer la peau... !!!!


 - Bon je l'emporte au labo voir si cette lettre nous mène sur une nouvelle piste....
A bientôt Mademoiselle !

-Au revoir commissaire ."

Au bureau les gars attendaient.... 

Le commissaire arriva, essoufflé, avec un plateau de sandwichs, la soirée risquait d'être longue !




- "Tout d'abord y en a t'il parmi vous qui sont revenus "bredouilles" ?

- Nous trois "patron" ces filles là n'ont pas été retenues au casting de monsieur Maurice .

-Quoi d'autre toi ?

- et bien j'ai passé la journée à la "Drône Academy" qui est une école de pilotage pour drones .J'ai pu consulter le livre des élèves inscrits et avec le numéro et la marque de l'appareil je vous ai ramené ..... .....




- OK ! C'est bien, Albert, mais je crois que cette piste n'a aucun rapport avec l'assassinat de Monsieur Maurice ! C'est plutôt le début d'un roman "Fleur bleue" ... Je vous raconterai.
Mais, vérifie quand même qui est le propriétaire du drone, on ne peut rien négliger.
Il va falloir éplucher les "relations" de ce monsieur, qu'elles soient euh ... professionnelles ou personnelles ! 
GO !"

 Le lendemain était férié et le commissariat était presque désert à part Jean-Louis qui était de permanence, et le planton . Comme l'heure de l’apéro arrivait Jean-Louis sortit une bouteille de whisky d'un classeur et prit un glaçon dans le frigo où de de nombreuses bières attendaient d'être bues. Il invita le planton Guy à venir trinquer avec lui , la journée allait être longue ...............


Lucille profita de ce jour férié pour se rendre au bureau car cette "fameuse" lettre venue des airs l'avait intriguée toute la nuit !

- Elle vida les corbeilles à papiers des collègues afin de comparer les écritures avec celle de la lettre .


Aucune ne correspondait !
Alors, qui était ce mystérieux admirateur ?

Elle rentrait chez elle, absorbée dans ses pensées, quand elle heurta quelqu'un ...Elle ne vit tout d'abord que deux bas de pantalon et des chaussures de marque.

-"Excusez-moi, Monsieur, je pensais ...
- Mais, non, mademoiselle, c'est moi qui ...euh ... je ... euh ..."
Elle leva les yeux et reconnut l'homme qu'elle avait déjà heurté dans le parc, le jour de l'assassinat de Monsieur Maurice et qui l'avait couvée des yeux le soir du bal masqué.
Il était tout rouge et bredouillait ...




- Mais, enfin, qui êtes-vous, monsieur ?



- Votre plus fervent admirateur ! D'ailleurs, comme je suis timide, je vous ai envoyé une déclaration par mon drone !



- Parce que, ce drone est le vôtre ???

- Oui, que pensiez-vous d'autre ? Je ne comprends pas ..."

Il avait l'air perdu.



" Lucille ne lui laissa pas retrouver ses esprits. Elle venait d'avoir une idée lumineuse. 
- Votre drône filme -t-il? 
- Oui, je dois l'avouer. Pourquoi? 
- En avez-vous parlé à la police? Il est possible que vous ayez assisté, sans le savoir, au drame. Le commissaire pourrait être très intéressé par vos enregistrements. 
- C'est que... c'était vous que je suivais, je n'ai pas fait attention, en effet je vais faire le nécessaire. 
Par ailleurs j'espère que vous ne m'en voulez pas trop, je l'avoue je suis éperdument amoureux de vous, j'ai eu le coup de foudre lors du bal costumé où je faisais des extras.
- Nous reparlerons de tout ça plus tard. Allons au commissariat ".




Ensemble, ils se dirigèrent vers le commissariat et demandèrent à voir le commissaire ; justement celui-ci sortait d'un bureau . Ils lui expliquèrent que le drone pouvait avoir pris des photos du drame.
 -" Super, dit le commissaire, allez vite me les chercher pour voir s' il y a quelque chose d’exploitable" . 
Le jeune homme finit par se présenter: 
-" Voilà je m'appelle Pierre , je suis étudiant en ingénierie et parfois, pour payer mes études, je fais des extras" . 
Lucille, qui le trouvait à son goût, lui sourit  ......................


Quelques heures plus tard en observant avec soin les images enregistrées, le commissaire poussa un hurlement de satisfaction. 
-"Regardez !!! Là, cette chevelure blonde!! Avancez!!! Oui, c'est certainement la femme que vous avez identifiée. 
Regardez, dit-il quelques secondes plus tard, ils se disputaient. Nous avons peut-être, grâce à vous Pierre, les images de la scène du crime..."

- Oui, commissaire, mais le problème est que Mademoiselle Lucille ne l'a reconnue sur aucune photo ! Qui était-elle par rapport à Monsieur Maurice ?

- Les gars, approfondissez vos recherches sur les fréquentations de la victime ! Nous tenons le bon bout !

- Pouvons-nous partir, monsieur le commissaire ? demanda Lucille ?

- Pas de problème, nous vous appellerons l'un ou l'autre si besoin est."

Lucille et Pierre sortirent du commissariat sans un mot, tout en se souriant ... bêtement !!

Pierre se lança :

- "Voulez-vous boire quelque chose ?

Pendant ce temps, au commissariat, les policiers zoomaient sur les photos :

-"Commissaire, regardez, Mademoiselle Lucille ne pouvait la reconnaître sur les photos car elle n'était pas blonde,elle portait une perruque !"

Le commissaire envoya immédiatement  ses agents "cueillir" la suspecte à son domicile ...

- Ils frappèrent à la porte : " POLICE OUVREZ !"

Pas de réponse ... ils "défoncèrent" la porte et stupeur la jeune femme était inconsciente et recouverte de sang !


La femme, qui était dans un état très grave, fut emmenée aux  urgences de l'hôpital le plus proche et prise aussitôt en main . Pendant ce temps, l'équipe de la police relevait tous les indices dans son appartement :  avait-elle été agressée chez elle ou à l'extérieur , la piste se corsait ...................


Pendant ce temps, la police scientifique épluchait l'appartement.
Ils découvrirent l'arme du crime : un couteau de cuisine qui provenait d'un ensemble de couteaux auquel il manquait le plus grand. 
L'agression avait donc eu lieu dans l'appartement.
L'agresseur avait dû être dérangé car il n'avait pas eu le temps d'effacer les superbes empreintes sanglantes du manche du couteau !

A l'hôpital, la jeune femme, dont la chambre était gardée par un policier, se réveillait douloureusement. L'infirmière qui la veillait ne quittait pas les instruments des yeux.
Tout à coup, la blessée bougea et murmura quelques mots.
L'infirmière s'approcha et entendit " Non, Loulou, non, pitié !".
Puis, plus rien.

Aussitôt, elle ouvrit la porte et s'adressa au planton :" Monsieur, la blessée vient de parler, il faut avertir votre chef !"

Quelques minutes plus tard, celui-ci arrivait, décoiffé, la cravate de travers, à peine réveillé.

L'infirmière était toujours près de la blessée qui s'agitait.
Quand il entra, elle ouvrit les yeux et cria "Non !!"

Il lui prit la main et la rassura : "Je suis le commissaire chargé de l'enquête, ne craignez rien !"

- "Loulou, où est Loulou ?" demanda-t-elle
- Qui est Loulou, mademoiselle ?
- Mon amie ... enfin, celle que je croyais être mon amie. C'est elle qui m'a fait ça !
- Mais, pourquoi ? Que s'est-il passé ?
- Je la connais depuis que nous "travaillons" pour Monsieur Maurice. Sa jeune soeur s'était suicidée à cause de lui et elle voulait se venger. C'est elle qui l'a tué et, comme j'essayais de la pousser à se dénoncer, elle s'est jetée sur moi et ..."

Elle se mit à pleurer. Le commissaire prit son téléphone et demanda qu'on retrouve cette Loulou.
Les hommes du commissaire n'eurent aucun mal à retrouver la trace de cette fameuse Loulou qui s'appelait en réalité Lucienne. Ils filèrent à son adresse , elle leur ouvrit la porte en peignoir toute décoiffée et en pleurs " je savais bien que vous alliez venir m'arrêter , mais je devais le faire pour ma pauvre petite sœur " 

Ils lui mirent les menottes et l’emmenèrent au commissariat  .
Et voilà comment se termine notre histoire .


FIN



Dernière édition par Nade le Mar 2 Mai - 12:59, édité 4 fois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum