Les chemins de l'amitié

Forum pour tous ! Amitié, humour, papotages, activités et loisirs, Club de lecture, Sujets de société, Animaux, Photofiltre, Famille, Jardinage

- Concours Photos -
Le Park Kruger
Mots-clés

doodle  

Derniers sujets
» Histoire suivante ...
Hier à 19:05 par Moregan

» Le jeu des Expressions Québécoises
Hier à 18:57 par Colette1

» ça s'est passé un 21 juillet ...
Hier à 18:46 par Moregan

» Voici le lien pour voter :
Hier à 17:18 par sisimalo

» Le Doodle du jour
Hier à 14:25 par poppy

» La question
Hier à 9:30 par Moregan

» Quel temps fera-t'il ?
Hier à 9:26 par Moregan

» Poppy
Hier à 8:32 par poppy

» Les amours de sisimalo
Jeu 20 Juil - 23:39 par Nade

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs du mois
Nade
 
Moregan
 
poppy
 
Colette1
 
Mimi
 
cyberlulu
 
Rainette
 
sisimalo
 
mysol
 

Nbre Pages visitées

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

ça s'est passé un 17 mars...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 ça s'est passé un 17 mars... le Ven 17 Mar - 8:42

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
17 mars 1560 : La conjuration d'Amboise

Le 17 mars 1560, à Amboise, quelques centaines de gentilshommes tentent d'enlever le jeune roi François II pour le soustraire à l'influence de sa belle-famille, les Guise. Le prince protestant Louis de Condé organise la conjuration. Celle-ci est conduite par Georges Barré de La Renaudie. Mais l'un de ses amis et comparses, Pierre des Avenelles, avocat à Paris, vend la mèche... La répression est brutale. C'est l'amorce des guerres de religion.

Les conjurés sont surpris par les hommes du roi et beaucoup son massacrés. La Renaudie lui-même est tué pendant les combats et son cadavre est pendu sous le pont d'Amboise avant d'être décapité.

Une centaine de conjurés se réfugient dans un château et se rendent contre la promesse de la vie sauve. Ils sont à leur tour décapités le lendemain. Dans les semaines qui suivent, la répression fait environ 1200 victimes. Condé est quant à lui simplement gardé à vue, eu égard à son rang. Il est contraint de désavouer ses comparses et même de tremper son épée dans leur sang.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum