Les chemins de l'amitié

Forum pour tous ! Amitié, humour, papotages, activités et loisirs, Club de lecture, Sujets de société, Animaux, Photofiltre, Famille, Jardinage

- Concours Photos -
Le Park Kruger
Mots-clés

poppy  smala  quilling  n°4  histoire  

Derniers sujets
» Belles photos, photos rares etc ...
Hier à 19:53 par Nade

» devinez ce que c'est !!!!!
Hier à 19:39 par Nade

» Petite devinette
Hier à 19:38 par Nade

» Voici le lien pour voter :
Hier à 9:44 par Nade

» Histoire N° 4
Hier à 6:32 par Colette1

» Le jeu des Expressions Québécoises
Ven 20 Oct - 19:39 par cyberlulu

» Devinez le film
Ven 20 Oct - 17:22 par Nade

» Mes quillings ....
Ven 20 Oct - 14:42 par patou

» conserver plus longtemps des artichauds
Ven 20 Oct - 11:13 par Moregan

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Les posteurs les plus actifs du mois
Nade
 
Moregan
 
Colette1
 
poppy
 
patou
 
cyberlulu
 
sisimalo
 
Mimi
 

Nbre Pages visitées

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Nos ancêtres....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

2 Re: Nos ancêtres.... le Ven 24 Fév - 14:53

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Ensuite vint .....







Le 25 décembre 498, Clovis est baptisé à Reims par l'évêque Rémi. Célébré devant près de 3000 guerriers, cet événement majeur permet au roi des Francs de prendre l'avantage sur les autres barbares dans la conquête de la Gaule romaine.

Clovis, ou Khlodowig (Ludovicus en latin, qui donnera Louis), est élu roi en 481, à Tournai.
A 15 ans, il succède à son père Childéric à la tête des Francs saliens, une tribu germanique établie dans l'empire romain, sur les bords du Rhin inférieur et dans l'actuelle Belgique.


Il s'installe à Soissons et entreprend la conquête de la Gaule. Clovis le païen entre alors dans un milieu très romanisé et de religion catholique. Sous l'influence de Rémi, évêque de Reims, il comprend l'intérêt de se rallier aux Gallo-Romains en adoptant leur religion. Sa femme Clotilde, fille du roi des Burgondes et pieuse catholique, le pousse à se convertir.


Selon la légende, c'est au cours d'une bataille difficile contre les Alamans en 496, près de Cologne, que le roi des Francs aurait imploré le secours du Dieu de Clotilde et pris la résolution de se convertir. Ce sera chose faite deux ans plus tard, le jour de Noël.


Grâce à sa conversion au catholicisme, Clovis prend le titre très symbolique de "Consul des Romains". Fort de cette distinction, il poursuit son travail de conquête. Le sud de la Gaule, tout comme le reste de l'Espagne, est dominé par les Wisigoths. Clovis parvient à les repousser au-delà des Pyrénées, en 506, à l'occasion d'une bataille près de Poitiers.


Il domine désormais toute la partie occidentale de l'ancien empire romain et fait de Paris sa capitale. L'ancienne Lutèce, qui a pris le nom des premiers habitants de la région, les Parisii, accède pour la première fois à ce statut.


Les descendants de Clovis vont régner pendant trois siècles, sous l'appellation de Mérovingiens, avant de laisser la place à Charlemagne et aux Carolingiens.

 Lire l'intégralité du récit de Richard Fremder

3 Re: Nos ancêtres.... le Jeu 2 Mar - 10:45

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Puis ce fut le fils de Clovis....

CLOTAIRE Ier (entre 497 et 500-561) roi de Neustrie (511-558)
et roi des Francs (558-561)


Plus jeune fils de Clovis Ier et de Clotilde, Clotaire Ier joua un rôle important dans l'expansion de l'hégémonie franque.

Lors du partage du royaume de son père en 511, Clotaire Ier reçut les terres traditionnelles des Francs Saliens dans le nord de la France d'aujourd'hui et dans la Belgique actuelle, ayant pour capitale Soissons (la future Neustrie). Après la mort de son frère Clodomir lors d'un combat contre les Burgondes, en 524, il assassina les fils de ce dernier et partagea le royaume d'Orléans avec ses deux autres frères, Childebert Ier et Théodoric Ier (ou Thierry Ier). Quand le petit-fils de Théodoric, Théodebald (ou Thibaud), mourut sans héritier en 555 et que Childebert s'éteignit à son tour sans enfant en 558, l'intégralité des territoires francs passa finalement sous la domination de Clotaire.


Clotaire Ier lutta essentiellement contre les Burgondes en 532-534, parvenant, avec Childebert, à imposer l'autorité franque. Toujours au côté de ce frère, il combattit les Wisigoths en 541. Il affronta également les Thuringiens en 531, avec l'aide cette fois de Théodoric et épousa la princesse de Thuringe Radegonde



En 535, il signa, à l'instar des autres rois mérovingiens, un traité militaire avec l'empereur Justinien. Ce personnage brutal et sans pitié fut au cœur de rivalités familiales et de conflits ouverts caractéristiques de l'histoire mérovingienne. En 560, il fit par exemple exécuter son fils aîné, Chramne, ainsi que la famille de ce dernier, parce qu'il s'était rebellé contre lui. 


Clotaire s'éteignit à la fin de l'année 561, à Compiègne. Le royaume franc, réunifié depuis peu, fut partagé entre ses quatre fils.

4 Re: Nos ancêtres.... le Jeu 2 Mar - 13:45

poppy

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Merci Mimi pour tes recherches toujours bon de s'instruire car je suis plus douée en géographie qu'en histoire !

5 Re: Nos ancêtres.... le Jeu 2 Mar - 16:56

Nade

avatar
Admin
Admin
Merci, Mimi l'historien !!!

6 Re: Nos ancêtres.... le Ven 3 Mar - 17:28

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
suite des Mérovingiens...

Clotaire II le jeune - 584-613-629


Fils de Chilpéric Ier et de Frédegonde.


A la mort de Chilpéric Ier, son fils Clotaire II lui succède. Clotaire II n'a que quelques mois lorsqu'il hérite de la Neustrie.


Le régence est confiée à sa mère, Frédégonde, qui le place sous la protection de Gontran roi de Bourgogne.


Plus tard, les cousins de Clotaire II : Théodebert II roi d'Austrasie et Thierry II, roi de Burgondie, s'allient contre lui. Le face à face à lieu à Dornelles en l'an 600.


Au terme d'un terrible affrontement, les troupes de Clotaire II sont écrasées. Le royaume de Clotaire est démantelé. Il ne conserve qu'une douzaine de pagi entre la Manche, la Seine et l'Oise.


Théodebert et Thierry se livrent à un combat fratricide qui se solde par la mort de Théodebert en 612.
 
Thierry meurt peu de temps après en 613, son fils Sigebert II lui succède. Mais Sigebert II étant trop jeune pour régner, c'est à nouveau à Brunehaut que revient la régence.


Mais les "grands" du royaume livrent Brunehaut et les enfants de Thierry à Clotaire II qui les fait massacrer.
 
En 614, Clotaire II est à nouveau le régent d'un royaume franc réunifié.


Epouses : Haldetrude, Bertrude, Sichilde (ou Sicheut).


Dur , dur la vie de famille en ce temps là ! 




Dagobert Ier (vers 600-639) est le dernier roi franc de la dynastie des Mérovingiens.




Roi d'Austrasie de 622 à 631, puis roi de Bourgogne-Neustrie (628-631) et enfin seul roi des Francs de 631 à 639. Il est le dernier Mérovingien à gouverner la totalité du domaine des Francs.




Dagobert est un des fils du roi franc Clotaire II et de Bertrude.




En 622, son père le nomme roi d'Austrasie (la partie est du royaume franc) sous la tutelle d'Arnould de Metz et de Pépin de Landen (grands propriétaires et ancêtres des Carolingiens).




En 628, il succède à son père et devient roi de Bourgogne et de Neustrie. Son demi-frère Caribert ne reçoit que l'Aquitaine et, lorsque Caribert meurt en 631, Dagobert annexe l'Aquitaine et devient alors le seul roi des Francs. Il fixe alors sa capitale à Paris.




Dagobert fait de nombreux voyages à travers son royaume, ce qui lui permet de réduire les pouvoirs des grands nobles francs, en particulier dans le domaine de la justice. Dagobert sait s'entourer de conseillers expérimentés comme Éloi de Noyon, Didier de Cahors.




En 637, il soumet les Gascons qui s'étaient révoltés. En 638, Judicaël, le roi de Bretagne reconnait la suzeraineté de Dagobert.




Cependant en 634, il doit nommer son fils aîné Sigebert comme roi d'Austrasie, afin de contenter le particularisme de la grande noblesse locale.




À la mort de Dagobert en 639 (il avait entre 36 et 39 ans) son royaume est partagé entre ses deux fils : Clovis II règne en Neustrie et la Bourgogne et Sigebert III en Austrasie. Ces derniers étant très jeunes ce sont les maires du palais qui exercent la réalité du pouvoir royal. Les deux parties du royaume franc vont rester séparées jusqu'à l'avènement de Pépin le Bref en 751.




Dagobert fonda de nombreux monastères ; mais sa vie est peu exemplaire (il a commandité de nombreux assassinats pour se débarrasser de grands seigneurs, peut-être même de son neveu, fils de Caribert)




Dagobert (contrairement à ses prédécesseurs, qui ont été enterrés à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés (Paris)), est enterré dans la basilique de Saint-Denis (au nord de Paris). Elle devient alors la nécropole royale.

7 Re: Nos ancêtres.... le Mar 28 Mar - 9:48

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Suite.../...


Clovis II -(né en 634, mort en 657)
(Roi de Bourgogne et de Neustrie* : règne 639-657 - Roi des Francs : règne 657)


Second fils de Dagobert, il eut en partage les royaumes de Neustrie et de Bourgogne, en 639 ; comme il était encore en bas âge, le gouvernement fut confié à la reine Nantilde, sa mère, et surtout à Ega, puis à Erchinoald ou Archambaud, tous deux successivement maires du palais. Avec le même titre, Pépin le Vieux gouvernait l’Austrasie** pendant la minorité du roi Sigebert, frère de Clovis II, et les Bourguignons, qui avaient renoncé à avoir un maire du palais depuis Clotaire II, ayant exigé le rétablissement de cette charge dans le royaume de Bourgogne, la France entière se trouva soumise au pouvoir de ces tuteurs des rois, d’autant plus dangereux qu’ils commandaient l’armée, qu’ils étaient élus par les grands, et que leur naissance ou les alliances qu’ils contractaient les rapprochaient encore du trône.


 Clovis II (639-657)


En effet, la reine Nantilde ayant fait obtenir la mairie du palais du royaume de Bourgogne à Flaochat, autrement appelé Flavade, seigneur qui lui était fort attaché, elle lui donna sa nièce en mariage. Nantilde vécut trop peu pour le bonheur de la France ; son ascendant était assez fort pour contenir les prétentions toujours si actives pendant les minorités, surtout à une époque où l’obéissance n’était pas dans les mœurs de la nation française. Elle donna une grande preuve de sa justice en consentant, sur la demande des seigneurs d’Austrasie, au partage égal des trésors du roi mort entre les deux fils qu’il avait laissés ; car les trésors d’un monarque de la première dynastie étaient un des plus forts moyens de sa puissance, et Nantilde, qui ne gouvernait que les Etats de Clovis II, eut assez de générosité pour se dessaisir de la moitié des richesses de Dagobert en faveur de Sigebert, sur les Etats duquel elle était sans influence, parce qu’il n’était pas son fils.


Le désordre qui règne dans les chroniques de ce temps annonce la confusion qui s’était introduite dans le royaume ; on n’y tient plus compte des faits qui intéressent la gloire de la France ; à peine prend-on soin de marquer les dates, que l’histoire réclame à défaut d’autres renseignements ; on ne sait des rois que leur nom ; leur autorité appartient au plus habile, et les mêmes hommes sont loués ou condamnés avec si peu de mesure, qu’il est impossible de se prononcer aujourd’hui sur la probabilité des accusations et la valeur des éloges.


Tout ce qu’on sait de Clovis II, c’est que les révolutions contre la famille royale d’Austrasie le rendirent seul possesseur de l’héritage du grand Clovis ; qu’après avoir prodigué des trésors pour nourrir les pauvres dans un temps de famine, il employa au même usage les lames d’argent dont le roi Dagobert avait couvert le faîte de l’abbaye de Saint-Denis, ce qui, suivant quelques historiens, en le faisant chérir du peuple, indisposa fort les moines contre lui ; qu’il épousa en 651 Bathilde, jeune Anglaise d’une grande beauté, enlevée par des pirates, et vendue comme esclave à Erchinoald, son maire du palais ; que, sujet à de fréquentes convulsions qui affaiblissaient son esprit, il mourut en 657, laissant trois fils mineurs, Clotaire III, Childéric II et Thierry III, ce dernier encore au berceau.


Il passe pour être le premier roi de France qui se soit servi d’une voiture, jusque-là réservée pour les reines, et dont Boileau a si bien représenté la marche :


"Quatre bœufs attelés, d’un pas tranquille et lent,
Promenaient dans Paris le monarque indolent."


Il ne serait pas extraordinaire que Clovis II, dont la santé était faible, se fût servi de cet équipage dans un temps où l’on n’en connaissait pas d’autre ; car ce n’est pas pour s’être fait traîner lentement par des bœufs que ce prince a été déclaré fainéant, mais pour s’être montré en voiture à une époque où les rois ne paraissaient en public qu’à cheval.


Lorsqu’en 657 Grimoald est exécuté par Clovis II, Childebert l’Adopté règne sur l’Austrasie. Fut-il tué également, Clovis II réunissant alors la Neustrie et l’Austrasie dont le gouvernement fut assuré par le maire du Palais Archinoald ? Conserva-t-il le trône d’Austrasie avant d’être tué en 662 ? On ne peut le déterminer avec certitude. Quoi qu’il en soit, Clovis II mourant peu de temps après l’exécution de Grimoald en laissant trois fils en bas âge, c’est son épouse, la reine Bathilde, qui assura la régence.


* Vers la fin du VIe siècle on désigna sous le nom de Neustrie (Neustria, Neuster, Neptrecum) la partie occidentale de la Francia (c.-à-d. du pays entre les sources du Main et l'embouchure de la Loire


** L’Austrasie est un royaume franc à l'époque mérovingienne. Ce royaume couvrait le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin

8 Re: Nos ancêtres.... le Mar 28 Mar - 10:12

Moregan

avatar
co-admin
co-admin
Merci Mimi je reviendrais un peu plus tard là j'ai survolé , amusant il y a des noms de rois et de reines qu'on ne connait même pas ainsi que des régions .

9 Re: Nos ancêtres.... le Mar 28 Mar - 10:48

poppy

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Merci Mimi c'est vrai qu'on apprend plein de choses sur l'Histoire !

10 Re: Nos ancêtres.... le Lun 3 Avr - 10:31

Mimi

avatar
Membre Accro
Membre Accro
Suite.../...


Clotaire III - né en 652 mort en 673 -


Aîné des fils de Clovis II, il eut en partage les royaumes de Neustrie et de Bourgogne, et commença à régner en 657 ; son frère, Childéric, eut le royaume d’Austrasie ; Thierry, qui était encore au berceau, ne reçut aucune part de l’héritage de Clovis II ; et comme Clotaire et Childéric se trouvaient trop jeunes pour agir par eux-mêmes, il est évident que cette violation des lois constitutionnelles fut l’ouvrage des seigneurs, qui voyaient dans la réunion des royaumes un moyen assuré d’arriver à l’indépendance, à laquelle ils tendaient tous.




Clotaire III (657-673)


En effet, la Neustrie et la Bourgogne pouvaient bien être gouvernées par le même prince, mais sans cesser de faire des États séparés. Or, dans les royaumes que le monarque n’habitait pas, la puissance restait entière au maire du palais, élu par les grands, et conséquemment obligé de servir leurs prétentions pour s’en faire un appui contre l’autorité légitime. C’est ainsi que se préparait de loin le morcellement de la France en autant de petites souverainetés qu’on pouvait y compter de châteaux, morcellement qu’on a pris l’habitude de désigner sous le nom de régime féodal, quoiqu’il ne soit réellement que la dégénérescence de la vraie féodalité.


La reine Batilde, mère des trois héritiers de Clovis II, dut voir avec chagrin l’injustice commise à l’égard du plus jeune de ses fils ; elle ne put l’empêcher, malgré l’ascendant que lui donnaient ses vertus, et cela prouve en faveur des historiens qui ont annoncé qu’elle fut obligée, quelques années après, de quitter la cour, contre ceux qui pensent que sa retraite fut volontaire et uniquement décidée par sa piété.


Batilde, avec l’assistance des évêques, maintint pendant dix ans les États de Clotaire III sans troubles ; elle diminua les charges publiques, abolit de vieilles coutumes qui perpétuaient l’usage des esclaves parmi les Français chrétiens, fit le bien avec persévérance au milieu d’une cour que la minorité du roi disposait aux factions ; et surtout elle contraignit le maire du palais Ebroïn à cacher sous les plus séduisants dehors son ambition, sa cruauté et son avarice ; mais cet homme étonnant, par les ressources de son génie et sa prodigieuse activité, sut la réduire elle-même à quitter le gouvernement, à se retirer dans un monastère, en lui laissant l’honneur d’une démarche sur laquelle elle n’était plus libre d’hésiter.



Dès ce moment, il gouverna en maître jusqu’à la mort de Clotaire III, qui arriva peu d’années après la retraite de sa mère. Ce prince n’avait pas d’enfants ; mais on remarque qu’il était en âge d’en avoir, puisqu’il avait 18 ans lorsqu’il mourut. Cette observation est d’autant plus importante qu’Ebroïn lui supposa quelque temps un fils. On peut se faire une idée du singulier état où plusieurs minorités avaient réduit la famille royale, puisqu’on osa impunément supposer un fils (Clovis III) à Clotaire III, qui n’avait jamais cessé de vivre au milieu de ses sujets, et peut-être même d’habiter sa capitale.

11 Re: Nos ancêtres.... le Lun 3 Avr - 17:36

Nade

avatar
Admin
Admin
Merci, Mimi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum